اهل السهوب

ce forum parrainé par l'association pour la protection et l'amélioration de l'environnement de MECHERIA est destiné à recevoir toutes les informations, suggestions, réflexions, remarques et idées sur l'environnement dans les zones arides


    temoignage de Djebri Hadj Bachir sur Mr MEBKHOUT Mohammed

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 202
    Points : 591
    Réputation : 1
    Date d'inscription : 28/04/2010

    temoignage de Djebri Hadj Bachir sur Mr MEBKHOUT Mohammed

    Message par Admin le Sam 11 Mai - 10:39

    ***... TEMOIGNAGE ...***

    La ville de MECHERIA ne peut qu'anoblir, s'enorgueillir de l'un de ses vaillants fils , en la personne du regretté MEBKHOUT MOHAMED qui accosta les rivages universitaires de la méditerranée pour se distinguer par son savoir, son esprit de synthèse, ses potentialités d'organisateur, en s'imposant par la méthode, tout indigène qu'il fût, avec les préjugés que pouvaient lui attirer son faciès, ses racines, sa classe son état de second collège reléguable naturellement, enfin à pénétrer avec honneur les sphères closes de l'élite, pour s'affirmer dans ces domaines de l'érudition , où l'apanage voire l'exclusivité, était vouée exceptionnellement aux autres métropolitains.

    Un passage furtif à MECHERIA pendant les vacances d'hiver de l'année 1970 où une poignée d'étudiants de l'époque eurent à le voir professer des cours de maths appliqués en sus de ces rencontres organisées pour la circonstance initiées par feu HADJ DJELLOUL et TEBBOUNE ABDELKRIM qui pour un moment, donna âme à cette bourgade paisible en léthargie au sein de l'enceinte du Nadi el Moudjahid d'antan improvisée en salle de conférence, par ces veillées qui virent une résurgence en un réveil de l'expression, des idées en débat, l'échange d'opinion sur des thèmes aussi variés comme le sujet de l'heure de la transplantation cardiaque dans une audience, qui rappelle les cercles animés de ces campus en ferveur.

    Nous sommes restés hélas sur notre faim puisque nous l'avions plus revu depuis jusqu'à l'annonce informelle de son trépas inhumé , hors des entrailles du sol natal sans consolation pour ceux qui gardèrent un souvenir indélébile de sa stature.

    Aujourd'hui MOMO, comme il plaisait à ses collègues de l'appeler, n'étant plus de ce monde, laissant cependant un legs, un héritage de richesse inestimable, une identité ineffaçable qui sera pour l'éternité notre fierté revendiquée avec autant de jalousie dés l'évocation de son nom, de l'aveu même de ses collègues qui partagèrent la même destinée et qui eurent à apprécier
    l'authenticité de son action à reconnaître sans complaisance l'œuvre grandiose
    entreprise pour la science, en dépit d'un mal féroce qui n'eut raison de l'opiniâtreté indéfectible, jusqu'à l'ultime goutte de sueur et le dernier souffle de son existence.

    Que LE SEIGNEUR lui accorde IN CHALLAH le salut éternel.




    PARCOURS D'UN ENFANT DE CHEZ NOUS,DU BLED,DU PAYS

    Il naquit en 1936,dans ce petit village, fixé‚ dans les steppes de ce sud algérien, très prolifique en hommes marqués par le destin d’une famille très respectée où culture et éducation étaient ancrées depuis toujours.
    Il fit ses études primaires à MECHERIA, partageant son temps entre l'école française de l'époque et l'école coranique où il apprit les premiers versets du SAINT CORAN, qui allait lui ouvrir par la suite les voies les plus prestigieuses.
    Son intelligence, ses capacités intellectuelles lui permirent de poursuivre à TLEMCEN, ville de culture et de science ses études secondaires.

    Avec le bac en poche, il part à MARSEILLE dés l'année 1954,où il allait démontrer que de petits indigènes pouvaient briser mille et un tabous et s'affirmer comme consacrés par la gloire et la science . .
    Dés 1959,il s'imposa comme assistant du Pr JAUSSERAN puis maître assistant en 1963 et aida dans le cadre de la lutte de libération nationale par son courage et son engagement à faire connaître la question algérienne dans les milieux estudiantins participant à des manifestations contre le torture en ALGERIE.

    Dés 1961,il rejoint l'équipe de physique théorique fondée par DANIEL KASTLER qui fut le noyau de ce que deviendra par la
    suite le centre de physique théorique ( CPT ) où le jeune MOHAMED fera ses premiers pas en matière de recherche forgeant une silhouette de renommée par l'obtention de titre de doctorat d'état sur le thème de l'application de la
    Théorie des groupes à la physique des particules élémentaires.
    En 1972,son audience s'élargit puisque il est nommé doyen de la faculté des sciences de LUMINY qui aura le privilège de revendiquer la paternité où pendant deux décennies il œuvra à l'ouverture des perspectives pluridisciplinaires en collaboration avec les décideurs politiques où les statistiques parlent d'eux mêmes illustrés par le nombre d’étudiants de 800
    au départ à plus de 1800 et de 1500 enseignants, chercheurs, ingénieurs de tous horizons en sus de ses activités parallèles à la faculté des sciences du sport UREPS, ainsi que la création du centre international de rencontres mathématiques CIRM, de certaines entreprises pour promouvoir le transfert de technologie tel que IMMUNOTECH en biologie et PROLOGIA en informatique.

    L'honneur lui valut de présider l'association du GRAND LUMINY pendant de longues années qui regroupa divers établissements.

    L'université de TLEMCEN lui sera à jamais tributaire de son
    appoint appréciable par l'encadrement des futurs enseignants sachant la portée d'un tel geste et l'impact sur des générations qui auront en mémoire la main pionnière à se prévaloir d'avoir semer le levain les boutures de la matière
    grise en cette terre de renaissance qui fut et qui demeurera tant qu'existeront des mécènes du charisme de MEBKHOUT MOHAMED.
    De juillet 1983 à juillet 1994, la consécration d'une carrière lui valut la reconnaissance de la communauté scientifique qui lui discerna le grade de chevalier dans l'ordre de haute distinction , l'ordre national du mérite et d'officier au sein des palmes académiques.
    En 1989 l'infortuné fut ralenti dans sa marche victorieuse par la maladie qui l'atrophia sans pour autant freiner son ardeur qui milita activement pour la cause des handicapés par le biais d'une association rapprochant les acteurs dans un
    travail d'ensemble entre chercheurs et cliniciens pour dynamiser un secteur primaire dans la recherche des méthodes de rééducation fonctionnelle.
    Ainsi arrive l'échéance d'un départ imminent le 19 octobre 1999,à l'âge de 63 saisons après avoir jalonné l'itinéraire combien élogieux en son chemin dans la célébrité en pudeur, la modestie et la sagesse de l'érudit.

    Que le SEIGNEUR l'agrée de sa miséricorde.



    BACHIR DJEBRI

      La date/heure actuelle est Dim 27 Mai - 17:48