اهل السهوب

ce forum parrainé par l'association pour la protection et l'amélioration de l'environnement de MECHERIA est destiné à recevoir toutes les informations, suggestions, réflexions, remarques et idées sur l'environnement dans les zones arides


    race Hamra en peril

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 202
    Points : 591
    Réputation : 1
    Date d'inscription : 28/04/2010

    race Hamra en peril

    Message par Admin le Lun 10 Mai - 10:08

    THEME DE LA COMMUNICATION :RACE OVINE HAMRA EN PERIL
    Par Hamida AYACHI Ingenieur agronome

    INTRODUCTION :
    Dans la steppe occidentale le cheptel ovin était composé essentiellement d’animaux de type « hamra » dénommé également « daghma » qui signifie « mouton à tête marron roussâtre ».Cependant au cours des trois dernières décennies des changement notables dans la composition raciale de troupeaux ont été observés et qui se realisent au détriment de la race hamra .Pourtant celle-ci s’est toujours distinguée par sa remarquable adaptation aux conditions de la steppe occidentale .Ses caractéristiques morphologiques et zootechniques ont même fait d’elle dans le passé une race très appréciée sur la plan écologie et socio-économique.
    II) PROBLEMATIQUE DE l’ELEVEGE DE LA REGION :
    Les possibilités d’approvisionnement en aliments de bétail, ont réduit l’effet des contraintes naturelles et permis aux éleveurs de la région de choisir des moutons plus productif et plus exigeant (Type Ouled Djellal).
    Néanmoins l’incidence économique de l’irrégularité des agnelages constatée , de la morti-natalité, des problèmes sanitaires , des carences alimentaires est très mal apprécie par les éleveurs. Ils utilisent comme remède l’intensification de la reproduction par la méthode hormonale de synchronisation des chaleurs, les divers traitements vétérinaires très coûteux sans exclure , bien au contraire ces méthodes il faut y ajouter l’adaptation du type génétique au système d’élevage, au milieu et aux capacités techniques de l’éleveur. .
    La rapidité de croissante et le poids au sevrage, sont des arguments décisifs dans la concurrence actuelle des deux types génétiques (O.D et hamra ) .Or ce sont d’autres qualités difficiles à quantifier et à comparer qui constituent les atouts principaux du mouton « hamra ».
    La diversité des situations rend la comparaison par l’observation de leurs résultats sur le terrain très compliquée. Une faible différence de la conduite alimentaire ; la longueur d’hivernage, la taille des troupeaux influent nettement sur leurs productions respectives. Elles suffisent parfois à expliquer les résultats différents obtenus par les deux types génétiques.
    Par ailleurs le système d’élevage adopté actuellement par la majorité des éleveurs consiste principalement à accroître les rendements afin de maintenir un bénéfice suffisant malgré le gonflement constant des coûts de production .Le potentiel d’augmentation des rendements risque de devenir insuffisant ; c’est le cas de nombreux éleveurs , ces dernières années, qui n’arrivent pas à supporter la flambée des prix de l’aliment de bétail , des produits vétérinaires et d’autres facteurs dont l’influence est négative sur le résultat financier des troupeaux .
    Une révision globale de la politique actuelle de l’élevage s’impose de la part des responsables de l’agriculture qui entraînerait certainement une nouvelle orientation de la filière ovine de la région et conduirait probablement le mouton « hamra » délaissé durant ces trois dernières décennies à retrouver du moins particulièrement la place qu’il a perdu.
    Cette race ovine laisse un benifice plus élevé car moins spécialisée ; elle a des besoins alimentaires plus facile à satisfaire tout en exigeant moins de soins et de dépenses. Ces qualités capitales seront dans l’avenir un avantage sérieux dans la région ou la réduction des dépenses se posera avec plus d’acuité.
    Mais l’incertitude pèse sur l’avenir de notre élevage au delà même de la crise actuelle que traverse notre pays .Devrons nous exporter des productions animales ? Quels produits seront demandés par nos clients ?
    Autant de questions auxquelles on ne peut répondre aujourd’hui. L’histoire est faite dit- on de tournants : la bonne conformation bouchère (gigot petit est arrondi, côtelette fine) de la race « hamra » lui a valu dans le passé une grande réputation sur les marchés des pays nord méditerranéens sous l'appellation du " petit oranais".
    La rapidité de la réorientation de l'élevage ovin de la région sera désormais indispensable aussi est il nécessaire de disposer d'un stock génétique. Aujourd'hui l'effectif de la race « hamra » est très faible. Il ne dépasse guère les trois pour cent de l’’effectif global des ovins de la région a cette raréfaction s’ajoute le problème d’hétérogénéité du sang. La reconstitution des troupeaux est donc un objectif difficile à atteindre.
    III) DEMARCHE PRECONISEE
    Des formules associant les divers intéressés à ce type génétique, sont à chercher et à développer dans un cadre d'actions collectives. Des incitations plus attractives des pouvoirs publics se justifieraient pleinement pour l'organisation de groupement d'éleveurs de race hamra avec un parrainage scientifique et technique de l'institut technique des élevages ( ITELV), le haut commissariat au développement de la steppe (HCDS) et de l'université.
    Les efforts à entreprendre doivent aboutir à la mise en place d'un projet de développement de l'élevage ovin dans la région.
    Les actions envisagées sur le plan local doivent s'insérer également dans la problématique de l'élevage méditerranéen et prendre en considération les expériences similaires et notamment celles réalisées avec le concours de la FAO, du CIHEAM, du PNUD et l'OADA.La prudence dans la démarche à entreprendre doit guider la politique d'élevage de l'état. Son rôle est de prendre des mesures propres à combattre la perte d'une race par la conservation du plus grand nombre d'effectif de mouton hamra. Des résultats durables ne pourront être obtenus sans textes législatifs et réglementaires adaptés à la solution du problème posé par la régression quantitative et qualitative de cette race ovine et visant principalement à:
    1- création de conservatoire du mouton « daghma » dans les wilaya de Naâma et El-bayadh dans le cadre de fiches techniques d'investissement.
    2- assurer la reconstitution des troupeaux grâce à des contrats garantissant une aide financière de longue durée aux éleveurs.
    3- Favoriser le maintien de la race hamra dans les conditions d’élevage de son terroir.
    CONCLUSION :
    Le risque de disparition de la race hamra préoccupe tous ceux qui réfléchissent sur l’avenir de l’élevage ovin dans la région .Les conseillers doivent être circonspects, informer et sensibiliser l’éleveur pour lui permettre de s’orienter vers le type génétique qu’il estime, répondre le mieux à ses goûts, ses capacités techniques et ses besoins. Pour certains éleveurs l’attachement sentimental au mouton « hamra » compte autant que le raisonnement économique : position parfaitement admissible et qui n’est pas sans influence sur leur réussite.
    D’autres seront orientés dans le choix de ce type génétique par le désir d’élever des animaux exigeant moins de soins.
    Toutes les raisons que nous avons évoquées constituent des arguments suffisamment forts à l’aboutissement d’un projet en faveur des éleveurs intéressés par la race « hamra ».

    MAMOUNI

    Messages : 266
    Points : 359
    Réputation : 3
    Date d'inscription : 12/05/2010
    Age : 44

    Re: race Hamra en peril

    Message par MAMOUNI le Ven 4 Juin - 10:06

    شكرااااااا على المقال

      La date/heure actuelle est Mar 25 Sep - 21:46